Forum pour les ultras tunisois de l'espérance de Tunis du club africain ou du stade tunisien.Nous sommes la pour débattre avec politesse et esprit sportifs sur les curva et sur la répression des cops a notre encontre.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

African Winners

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 African Winners le Ven 18 Sep - 16:43

Admin


Admin
Présentation du groupe

Historique

Intro :

Une banderole, une chorégraphie, un « SHOW » sur les gradins… C’est le fruit d’un travail d’équipe composé de d’inconditionnels clubistes dont le seul point commun est leur engagement à soutenir le Club Africain.Qui pourrait oublier un jour les « chorées » (I LOVE CA, ONE LOVE ONE HEART, DRAMAN GOAL, TOUS UNIS, GAGNEZ,… …) les banderoles (PLUS QUE JAMAIS LA CAPITALE RECONNAIT SES MAITRES, IL Y A DES CHOSES QUI NE S’ ACHETENT PASQ POUR TOUT LE RESTE C’ EST MASTER CARD ?....) les voiles (SILENZIO, TF1 ……) les drapeaux, les étendards, les fumigènes, les serpentins … …Tous ces spectacles ont été assurés et orchestrés par des bénévoles qui ont acquis, à travers des années, l’expérience nécessaire pour organiser les « DAKHLETS » et assurer une belle organisation et synchronisation au sein du virage. Et c’est l’histoire des African Winners qui commençait en septembre 1995 avec l’apparition de l’esprit viragiste, la constitution d’un groupe de référence au sein du virage clubiste baptisé « Wled El Virage », en passant par le phénomène de l’organisation des spectacles et des chorégraphies d’avant match en 2OO2 sous l’ère Curva Nord, arrivant à l’appellation African Winners, une entité regroupant tous ces membres qui ont participé d’une façon ou d’une autre à l’évolution du virage clubiste depuis 1995.

Septembre 1995 : Esprit viragiste

Depuis 1995, le virage clubiste est devenu le lieu de rencontre stratégique de tous les clubistes désirant encourager le CA par des chants pendant 90 minutes. UN groupe de supporters inconditionnels, issus des 4 coins de la capitale, ont formé cette troupe qui est devenue en peu de temps l élite du public clubiste. Le virage clubiste est devenu ainsi une référence, grâce a ces inconditionnels qui n’ont cessé de soutenir le club dans les moments les plus cruciaux pendant des années, toutes compétitions et sections confondues donnant ainsi une nouvelle dimension au public clubiste. Pendant cette période, on commençait à entendre des chants Français, Italiens et autres, comme dans les grands stades du monde, donnant ainsi une nouvelle dimension au public Rouge et Blanc. D’ailleurs, et à l’occasion de la première journée de supporters de l’histoire du club en Octobre 1998, des attestations d’honneur et de considération ont été remises par des anciens présidents du club à une trentaine de ces membres, reconnaissant ainsi le grand travail et la grande implication des cadres du virage à l’occasion de chaque sortie du club.Le virage clubiste est devenu une référence en Tunisie, et des liens de fraternité, d’amitié et de solidarité se sont tissés entre ces supporters, dont le seul souci était et sera toujours d’encourager le grand CA et de préserver cette image de meilleur virage du pays, et du meilleur public.

Décembre 1999 : Première Dakhla organisée au stade El Menzah

Les membres de ce groupe, baptisé « Wled El Virage », ont eu l’honneur de coopérer avec le comité des supporters et d’organiser la chorégraphie de la finale retour de la coupe d’Afrique des clubs Vainqueurs des coupes contre Africa Sport Abidjan. Ce jour là, chaque travée du virage était habillée en rouge ou en blanc par les dossards offerts par un ancien dirigeant du club. Ce fut un spectacle mémorable.

Novembre 2001 : Les événements du match CA-Kaiser-Shiefs

En 2001, et suite aux malheureux événements de la demi-finale de la coupe d’Afrique contre « Kaiser-Shiefs », une douzaine parmi les membres viragistes ont payé le prix de leur renommée ce groupe est devenu désorganisé et ses rangs se sont dispersés. Leur engagement habituel à encourager l’équipe s’est réduit vu le sentiment d’insécurité ressenti. Durant les mois qui suivaient, tous les cadres du virage n’ont cessé de consoler et d’aider par les familles de leurs amis emprisonnés.

Mars 2002 : Première Dakhla à Rades

Le premier derby à rades était marqué par la première Dakhla au vrai sens du terme dans l’histoire des confrontations des deux protagonistes : des bandes rouges et blanches à la sud-américaine (devenues une mode aujourd’hui) étaient fixées entre les deux étages du virage clubiste, 3banderoles déposées sur la barrière supérieure du virage (5-5-1985 l’inoubliable 5-1, Curva nord et Forza Ragazzi), une vingtaine de drapeaux géants distribués sur le long du virage ainsi qu’une dizaine de fumigène rouge et blanche et des torches. Ce spectacle était orchestré par les viragistes qui ont, durant la semaine précédant le match, collecté l’argent nécessaire pour l’acquisition du matériel et conçu tous ces tifos afin de donner une image moderne du public clubiste.

Décembre 2002 : L’ère Curva Nord

En 2002, des jeunes clubistes ont instauré l’idée des « dakhlet » dans le but de donner une image plus moderne du virage et le positionner ainsi avec les grands groupes de supporters dans le monde (Italiens, Français, Sud-Américains …). Leur marque d’expérience pour gérer des milliers de supporters et synchroniser les chorégraphies, d’une part, et leur intension de préserver cet esprit de solidarité et de fraternité, d’autre part, les ont poussé à coopérer avec les viragistes, donnant ainsi un résultat extraordinaire : des spectacles phénoménaux qui ont impressionné tous les amateurs du foot (même sur l’échelle internationale) et un groupe de travail unissant des inconditionnels clubistes ne se référant à aucun quartier, à aucune personne, mais uniquement au CLUB AFRICAIN. C’est au cours de la saison 2002-2003 que le phénomène des groupes de supporters est apparue dans notre pays, et le nom « Curva Nord » a vu le jour grâce aux inconditionnels viragistes qui ont durant une demi-saison organisé des spectacles mémorables.Vers la fin de la saison 2002-2003, et juste avant le derby retour de cette même saison, des clubistes nous ont proposé leur aide, mais rapidement nous nous sommes rendus compte qu’ils ont servi leurs intérêt personnels à travers CURVA NORD tels que la trésorerie ou le rapprochement des membres du bureau directeur allant jusqu’à l’enregistrement de la marque « CURVA NORD » auprès de l’ INORPI à la surprise générale de tous, au nom de l’une de ces personnes qui venait d’intégrer le groupe sans prendre l’avis des viragistes qui sont les plus concernés. C’est à ce moment que nous innovateurs de « l’esprit viragiste » de l’idée des « dakhlet » devenue aujourd’hui une obligation, se sont sentis peu impliqués dans ce nouveau phénomène, n’acceptant pas que des opportunistes se soient placés comme des décideurs au sein du virage clubiste alors que c’est nous qui l’avons développé grâce à notre persévérance, notre engagement inconditionnel, notre expérience et notre solidarité entre nous « Wled El Virage »

Octobre 2003 ; Même groupe, nouveau nom : « African Winners »

Nous avons ainsi pensés à regrouper tous les membres actifs et les cadres du virage clubiste mais d’une manière plus organisée et mieux structurée. C’est à partir de là que nous avons donné un nouveau nom à notre groupe « African Winners ». Un groupe devenu aujourd’hui une référence dans le pays et dans le monde Arabe, dans l’organisation des festivités et des shows sur les gradins. Notre idée était de donner un nom à tout le virage clubiste sans jamais avoir l’intension de se distinguer ou de se faire une renommée. Aucun critère n’était employé pour choisir les membres actifs. Tout clubiste était le bienvenu, sous condition de respecter les vrais viragistes, ceux qui durant une dizaine d’années ou presque, ont développé et promu le virage rouge et blanc, le rendant ainsi le meilleur du pays et du continent. Mais malheureusement, et après quelque mois, d’autres groupes ont vu le jour, ne s’affichant que par une banderole au stade portant leur nom, ne réalisant aucune « Dakhla ». On se demandait alors la raison d’être de ces groupes surtout qu’ils pouvaient à tout moment faire partie des « Winners » qui était et restera toujours la propriété du peuple clubiste.Malgré cette nouvelle culture, instaurée à tord au sein du virage clubiste, les Winners continuèrent à travailler avec le même esprit, les mêmes principes, ouvrant la porte à tout le monde pour donner la main et aider et ne se référant qu’au CLUB AFRICAIN. Une vingtaine de shows était alors organisés sur les gradins du virage tout au long des deux saisons 2003-2004 et 2004-2005, en plus des produits dérivés conçus et qui étaient commercialisés à tout le peuple clubiste (Gilets, écharpes, Tee-shirts, Casquettes, Polos….) et de la variété de banderoles qui habillaient les barrières de la curva. Le virage a pris une nouvelle allure grâce à l’effet Winners, mais commençait par contre à perdre sont esprit de solidarité et de fraternité entre viragistes, chose que les Winners ont tout fait pour la préserver en vain à cause de plusieurs aléas, notamment l’apparition de cette nouvelle vague de supporters, chacune voulant se référer à un quartier et non pas au virage clubiste.

Voir le profil de l'utilisateur http://ultras-de-tunis.kanak.fr

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum